Jean-Noël Tremblay

Tél.: 418 668-3011
Téléc.: 418 668-0209
jn.tremblay@sblavocats.com

29 février 2012

LA SYNDICALISATION

Le processus et le taux de syndicalisation des salariés varient énormément à travers le monde. Ainsi, le Québec fait figure de chef de file de la syndicalisation avec 40 % des salariés québécois. Ce taux n’est que de 9 % en France, 12 % aux États-Unis, 28 % en Ontario, mais de 75 % au Danemark.1

Il est toujours délicat de comparer différents états, mais il semble clair que la législation québécoise favorise plus la syndicalisation que les autres juridictions d’Amérique du Nord.2

En pratique, qu’est-ce qui amène des salariés à se syndiquer?

Le dirigeant aurait avantage à comprendre les motifs des employés pour procéder à une demande d’accréditation syndicale. En effet, la plupart du temps, ces demandes découlent d’un malaise qu’éprouvent les employés devant un changement important se produisant dans leur environnement de travail ou devant une pratique de l’entreprise qu’ils jugent inéquitable. Ce malaise s’accompagne souvent d’un sentiment d’impuissance et d’insécurité que la direction n’a pas su déceler chez ses employés.3

Que se passe-t-il lorsque vos salariés entreprennent des démarches de syndicalisation? Souvent, un travailleur nouvellement embauché contactera le syndicat qu’il a connu dans un emploi antérieur. Parfois, un salarié insatisfait contacte un parent ou ami lié au mouvement syndical. Il arrive aussi qu’une entreprise en croissance soit ciblée par un syndicat qui y entreprend une campagne de recrutement.4

La plupart des auteurs s’entendent pour dire que les démarches de syndicalisation commencent habituellement à l’intérieur même de l’entreprise et qu’une bonne écoute de l’équipe de dirigeants de l’entreprise permettrait de reconnaître les signes d’une campagne de syndicalisation, même si les démarches des permanents syndicaux sont subtiles et respectueuses des règles du Code du travail. Mais n’oublions pas que le désir de syndicalisation des travailleurs est légitime et que nos lois reconnaissent le droit de tout salarié d’adhérer à un syndicat.

D’ailleurs, l’arrivée d’un syndicat ne signifie pas la fin du monde pour une entreprise. La très grande majorité des entreprises syndiquées réussissent très bien à fonctionner avec une convention collective.

Le moment le plus important de la campagne de syndicalisation est la date du dépôt de la requête en accréditation. Dès lors, le processus d’accréditation est commencé, les droits des employés et du syndicat sont formellement protégés par le Code du travail; et l’employeur doit suivre des règles très strictes afin de ne pas se retrouver avec une multitude de plaintes. Un employeur devrait alors consulter un professionnel des relations de travail pour le guider dans le processus très rapide qui suit le dépôt d’une telle requête.

Jean-Noël Tremblay, avocat
Conseiller en relations industrielles agréé


1  Institut de la statistique du Québec

2  Bulletin en ressources humaines, CRHA, EYB2011BRH1144 et EYB2009BRH661

3  Gilles Dulude, CRIA, Congrès 2010

4  Le Corre et associés, La syndicalisation, Les Éditions Yvon Blais, pages 10 et suivantes

© Simard Boivin Lemieux, 2014. Tous droits réservés.

x

Infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre pour recevoir nos dernières parutions et nouvelles en lien avec vos intérêts. Quel est votre secteur d'activité?